Article de Paul Roy,
paru dans la Presse du 25 juillet 1997

 
Mercredi, 18h30, 18 cyclistes fraîchement débarqués de bureaux climatisés sont agglutinés devant l'hôtel de ville de Brossard. Quinze hommes et trois femmes qui semblent attendre un quelconque signal de départ. Des cyclotouristes, des cyclosportifs : il y a même un rigolo à la voix haut perchée—un dénommé Z.—sur un hybride à guidon surélevé. Ne riez pas : ce sont les Increvables !
Une succursale des Hells Angels ? Hum ! ...
L’atmosphère est parfaitement relaxe, on échange des blagues, des anecdotes de la dernière randonnée. A l'exception d'un jeune homme de 16 ans (un coureur cadet ), tout le monde semble approcher, avoir atteint ou dépassé la quarantaine. "Bon, on peut y aller, décrète un barbu enveloppé. Ce soir, on s'en va à Saint-Mathieu. On va passer par ..." Etes, vous le président des Increvables ?
( Gilles Champoux rit) On n'a pas de président, on n'est pas vraiment un club, on est juste du monde qui aime faire du vélo.
N’empêche, M. Champoux ( 5 pi. 9 po., 250 livres: enveloppé, vous dis-je ) et sa femme Denise—les deux âgés de 52 ans sont les fondateurs des Increvables. "On faisait du vélo ensemble depuis des années, mais quand t'es marié depuis 31-ans, des fois t'as le goût de parler à d'autre monde en roulant.., Et puis, en gang, c'est plus facile qu'à deux de se faire respecter par les automobilistes."
Autre avantage pour ceux qui sont moins doués en mécanique, ce qui n'est pas le cas des Champoux : quand on brise, en groupe, on se sent moins seul.
Les Increvables existent donc depuis huit ans. Cette année, environ 80 membres ont payé leur cotisation de 5 $. La moitié d'entre eux participent assez régulièrement aux trois activités hebdomadaires : la sortie du mercredi soir ( environ 50 kilomètres ) et celles du samedi et du dimanche ( 100-120 kilomètres chaque fois ). :
"On fait 4000 kilomètres et plus par saison, dit Gilles Champoux, un ingénieur-informaticien, également président du conseil d'administration de Vélo Québec. Cette année, on est rendus à 2500 kilomètres de randonnées officielles."
Les mercredi soirs, on explore les environs immédiats de Brossard ; les week-ends, on pousse des pointes en Montérégie, en Estrie, au Vermont. -`
Il en va des Increvables comme des "danses à cinq" et des "danses à dix" il y a les "Increvables à 30", et les "Increvables à 40" Mais ici, c'est de kilomètres à l'heure qu'il s'agit. En d'autres mots, il y a. des rouleurs et des randonneurs. Mais tout le monde est capable de franchir une centaine de kilomètres à 25-30 de moyenne.
Comment faites-vous pour rouler tous ensemble ?:
Simple: les plus vites roulent à leur rythme; mais de temps en temps, ils s'arrêtent pour attendre les plus lents.
Et ça marche. Ce mercredi soir là, un petit peloton d'une demi douzaine de gros braquets poussait des pointes pas mal passé 40 (! ), tandis qu'en arrière, dans le "salon" ça roulait —et papotait— à 30.
De temps en temps, arrivé à une fourche, le groupe se reformait. Tout le monde semblait y trouver son compte.
"On a du monde de tous les horizons, dit Gilles Champoux: électriciens, profs, directeurs, comptables, pousseux de crayons... C'est le fun !",
En voyant rouler les Increvables, des membres d'autres groupes pourraient se scandaliser: "Hon! Ils viennent de brûler un feu rouge! Hon ! Ils ne roulent pas en file indienne! Et le petit en jaune ne prend pas les relais à l'avant"
Gilles Champoux ne voit pas là de quoi s'énerver "On n'est pas à I'armée; on est là pour s'amuser. Ceux qui sont capables—et qui en ont le goût—tirent les autres, c'est tout. Et si on ne s'arrête pas à un stop ou un feu rouge, on le fait sécuritairement."
Les Increvables ont leur site sur Internet ( www.increvables.com ) et leur boite vocale (450-671-6008). Mais Gilles Champoux précise qu’il ne fait pas de recrutement.: "Ceux que ça intéresse peuvent venir, mais ce serait, le fun que d'autres gangs comme la nôtre voient le jour à Candiac, Varennes..."
En passant, si vous avez le goût de rouler avec les Increvables, n'oubliez pas votre nécessaire à réparer les crevaisons. "Increvables" ne s'applique pas aux pneus.
 
Paul Roy, La Presse, 25 juillet 1997